mar 27, 2014

Revue Ordinaire des Amériques (ORDA)

Nous avons l’honneur de vous annoncer que la revue L’Ordinaire Latino-américain est de retour… mais pour ses 40 ans, elle a revêtu de nouveaux atours. A compter de son numéro 215, la revue s’ouvre à toute l’aire américaine et prend le nom d’Ordinaire des Amériques (ORDA) suivant en cela l’évolution de l’institution qui l’héberge, l’Institut Pluridisciplinaire pour les Etudes sur les Amériques à Toulouse (IPEAT – Université Toulouse 2 – Le Mirail).

ORDA devient aussi une revue électronique semestrielle en accès libre sur internet, hébergée sur la plateforme Revues.org qui appartient au portail de ressources électroniques en sciences humaines et sociales, Openedition.

Nous vous invitons donc à découvrir son premier dossier numérique consacré aux Représentations des esclavages dans les Amériques à l’adresse
www.orda.revues.org

et à assister à la table ronde organisée autour de ce numéro le lundi 14 avril à 14h à la Maison de la Recherche de l’Université de Toulouse 2 – Le Mirail (salle D 246).

La ligne éditoriale d’ORDA s’inscrit toujours dans les champs disciplinaires dits de « Sciences humaines et sociales » et continue de privilégier des articles dont l’objectif est d’éclairer l’« actualité » des Amériques, en s’appuyant sur une recherche scientifique et une réflexion académique. Par son respect des critères internationaux de l’édition scientifique, ORDA prétend continuer à jouer un rôle important dans la diffusion de savoirs scientifiques sur les Amériques. La revue publie des articles en français, espagnol, portugais et anglais.
Ordinaire des Amériques FR-ESP-PORT-ENG

mar 27, 2014

Programme du colloque sur les « Circulations révolutionnaires Amériques-Europe » (27 & 28 mars, Paris)

Vous trouverez en pièces jointes le programme du colloque sur les « Circulations révolutionnaires Amériques-Europe » qui aura lieu les 27 et 28 mars prochain à la Maison de la Recherche de la Sorbonne Nouvelle, 4 rue des Irlandais, 75005 Paris.

Ce colloque propose d’aborder le phénomène révolutionnaire à l’époque contemporaine selon un angle qui demeure marginal dans les travaux sur le sujet : celui des circulations d’idées et de théories, d’acteurs et de pratiques, de symboles et de lectures des révolutions. Il s’intéressera également à l’impact qu’ont ces circulations sur les interconnexions entre des coalitions de force institutionnalisées dans des gouvernements qui se présentent comme révolutionnaires (avant tout en Amérique latine), et des mouvements sociaux globaux révolutionnaires qui cherchent à « changer le monde en prenant le pouvoir » (contrairement à l’ancien slogan altermondialiste : « changer le monde sans prendre le pouvoir »).


Prog circ rév 27 mars

Prog circ rév 28 mars

mar 27, 2014

CIRAD Perspective n°26 – Coopération chinoise en Afrique – Chinese cooperation in Africa

Veuillez trouver ci-joint le n° 26 de Perspective : « Coopération agricole chinoise en Afrique subsaharienne. Dépasser les idées reçues » par Jean-Jacques Gabas et Xiaoyang Tang. Perspective26 Gabas-Tang_FR[1]
Tous vos commentaires et suggestions sont les bienvenus afin de poursuivre ce travail sur les coopérations Sud-Sud et nous vous en remercions à l’avance.
Perspective
est la série de policy briefs créée par le Cirad pour nourrir les débats, faire évoluer les idées, aider à la décision.

Vous pouvez également télécharger d’autres numéros de Perspective à l’adresse : http://www.cirad.fr/publications-ressources/science-pour-tous/%28type%29/perspective-policy-brief

***********************************************************************************************

Please find herewith the 26th issue of Perspective: “Chinese agricultural cooperation in sub-Saharan Africa. Challenging preconceptions”, Jean-Jacques Gabas, Xiaoyang Tang. Perspective26_Gabas-Tang_ENG[1]
All your comments and suggestions are welcome to continue this work on South-South cooperations and we thank you in advance.

Perspective is the series of policy briefs launched by CIRAD to fuel debate, change ideas and support decisions.
You can download all Perspective issues at:
http://www.cirad.fr/en/publications-resources/science-for-all/%28type%29/perspective-policy-brief

 

mar 27, 2014

Projection-débat autour du film Resistencia en la línea negra (9 avril,

L’association Le chien qui aboie et l’IHEAL ont le plaisir de vous présenter :

Resistencia en la línea negra
Flyer papier Resistencia (2)

mar 27, 2014

La newsletter du CERI – Mars 2014

Russie : le retour de la politique post-impériale

Par Jacques Rupnik, directeur de recherche au CERI

En un mois, entre la chute du régime Yanukovitch et l’annexion de la Crimée à la Russie, Vladimir Poutine a réussi a transformer ce qui était au départ le choix entre deux ensembles commerciaux en un choix géopolitique et « civilisationnel ». C’est en ces termes que le président russe lui même formule les enjeux et, en bafouant l’intégrité territoriale de l’Ukraine, affirme la puissance d’une Russie qui se pose en s’opposant à l’Europe.

A la fin des années quatre-vingt, Mikhaïl Gorbatchev avait formulé le projet d’une « Maison commune européenne » où la Russie aurait sa place. Considérant que ce projet mena « à la plus grande catastrophe géopolitique » du siècle dernier » – la fin de l’URSS -, Poutine revient en force à une idée ancienne où se mêle la logique impériale et le discours sur la citadelle assiégée. Adam Michnik, l’ancien dissident à Varsovie, en conclut que c’est « la fin du quart de siècle le plus faste de l’histoire polonaise depuis quatre siècles » (Gazeta Wyborcza, 19 mars 2014). La plus faste de l’histoire centre-européenne depuis 1914, sans aucun doute.

Nous assistons, en effet, à la fin d’une époque, celle de l’après-1989 en Europe. Rétrospectivement, on mesure mieux encore le « miracle » que constituait une dissolution pacifique de l’empire soviétique. La guerre de dissolution de la Yougoslavie était là pour nous rappeler que cela n’allait pas de soi. Tous les ingrédients étaient alors réunis pour les contentieux et conflits liés à la logique de sécession et des « guerres de souveraineté » que résume bien la formule du macédonien Vladimir Gligorov de 1991: « Pourquoi serais-je une minorité dans ton Etat quand tu peux être une minorité dans le mien ». Il y avait alors 25 millions de Russes en dehors des frontières de la Russie, et donc un risque que la défense des « pieds rouges » puisse s’apparenter à la défense par Belgrade des Serbes dans les républiques nouvellement indépendantes. La différence, c’est que Eltsine n’était pas Milosevic puisque c’est en tant que président de la Russie, opposé à Gorbatchev, qu’il donna le dernier coup de boutoir à l’URSS. Aujourd’hui, Poutine referme cette parenthèse et revient par la force à la logique de l’empire. Il invoque au passage un autre précédent yougoslave : le Kosovo qui, à la suite de l’intervention de 1999 et d’un référendum, s’est détaché de la Serbie.

Trois différences essentielles invalident le parallèle : l’indépendance du Kosovo fut rendue possible par une décennie « d’apartheid » sous Milosevic, alors que personne ne menaçait les Russes de Crimée. Le Kosovo est indépendant, mais non rattaché à une Grande Albanie (comme la Crimée l’est à la Russie). Enfin, un avis de la Cour Internationale de Justice de juillet 2010 considère que la déclaration d’indépendance du Kosovo n’était pas contraire au droit international, alors que le rattachement de la Crimée à la Russie est une violation du Traité de Budapest de 1994, par lequel l’Ukraine abandonnait l’arme nucléaire en échange de la garantie par les Etats-Unis, la Grande Bretagne et la Russie de son intégrité territoriale.

L’Europe (re)découvre les limites du droit, mais aussi celles du soft power. Personne, bien entendu, n’a envie d’un « remake » de la Guerre de Crimée de 1854 et de la « Charge de la brigade légère » glorifiée dans le poème de Tennyson : Theirs not to make reply, Theirs not to reason why, Theirs but to do and die. Personne n’ira mourir pour la Crimée, et la prise de Sébastopol par Poutine paraît aux Européens comme un terrible anachronisme (prise d’un territoire, la Crimée vs. la perte d’influence en Ukraine). Il se peut aussi que l’Ukraine les incite à repenser la politique de voisinage de l’UE (accès au marché européen en échange de normes partagées). L’Europe n’a pas la géopolitique dans son ADN, elle s’est construite contre la logique de puissance responsable de son « autodestruction » il y a un siècle. Elle découvre aujourd’hui les limites de la puissance « normative » confrontée à celle d’une Realpolitik post-impériale.

mar 27, 2014

Sciences Po-CERI: séminaire « The United States as a « Nation of Immigrants »: A Short History of an Idea » (2 avril, Paris)

Mercredi 2 avril | 14h00

Séminaire organisé avec le soutien du  Programme Alliance

avec
Mae Ngai, professeure d’histoire à Columbia University
Discutante : Nancy Green, directrice d’études à l’EHESS, spécialiste de l’histoire de l’immigration en France et aux Etats-Unis
Présidence : Ewa Kulesza, directrice exécutive du CERI-Sciences Po

Responsable scientifique : Riva Kastoryano, CNRS/CERI-Sciences Po
Contact : ewa.kulesza@sciencespo.fr
CERI-56 rue Jacob, 75006 Paris / Salle Jean Monnet
Entrée libre dans la limite des places disponibles.

mar 27, 2014

Lundis de l’Ined – Mesurer la mobilité entre le Mexique, l’Amérique Centrale et les États-Unis (31 mars, Paris)

lundi 31 mars 2014, de 14h à 15h, salle Sauvy, séance démodynamique.

Mesurer la mobilité entre le Mexique, l’Amérique Centrale et les États-Unis : les apports des enquêtes continues de migration aux frontières du Mexique, EMIF NORTE et EMIF SUR

Marie Laure Coubès (Colegio de la Frontera Norte)

La migration du Mexique aux États-Unis, massive, fréquemment circulaire ou temporaire de migrants sans-papier, passe principalement par la frontière terrestre entre les deux pays. Dans cet espace, du côté mexicain, une expérience originale d’enquête des flux migratoires a lieu depuis 20 ans, et a été reproduite à la frontière sud du pays pour observer la migration des centroaméricains vers le Mexique et les États-Unis depuis 10 ans ; réalisée et financée par le Colegio de la frontera norte et trois ministères du gouvernement fédéral mexicain.

Ces enquêtes continues ont permis d’observer les récentes évolutions de la migration vers les États-Unis, comme la forte chute de la migration mexicaine à partir de la crise économique de 2008, les nouvelles caractéristiques des mexicains déportés par les autorités migratoires étasuniennes, ou la diversité des routes migratoires des centroaméricains dans leur traversée du Mexique.

La communication présentera la méthodologie originale des enquêtes (ses concepts, ses techniques d’échantillonnage pour mesurer des unités en mouvement dans un espace et temps, son opération multi-située et à la pointe de la technologie) et ses résultats récents les plus significatifs.

Programme_hiver2014
Discutante: Sorana Toma (INED)

(Retrouvez le programme des Lundis de l’Ined en pièce jointe ou à l’adresse suivante : http://www.ined.fr/fr/rendez_vous/lundis_ined/ )

mar 27, 2014

Appel à communication

Appel à communication  journées d’études  dans le cadre des activités scientifiques de l’ED 122 et qui seront consacrées au croisement entre les études de genre et les transferts culturels.
La date limite pour l’envoi des propositions (environ 300 mots) est le 31 mars et les journées auront lieu le 6 et 7 juin à la Maison d’Italie et à Paris 3 (salle Las Vergnas).

Appel à communication

mar 27, 2014

13èmes rencontres avec le cinéma d’Amérique latine et de la Caraïbe (1er au 10 avril, Ile de France)

L’association France Amérique Latine a le plaisir de vous inviter aux 13èmes rencontres avec le cinéma d’Amérique latine et de la Caraïbe qui auront lieu du 1er avril au 10 avril en Ile de France.
Vous trouverez ci-joint l’affiche et le programme.

Programme_FAL2014
mar 27, 2014

Urbanités #4 – Repenser la ville portuaire

Pour son *quatrième numéro*<http://www.revue-urbanites.fr/appel-4-repenser-la-ville-portuaire/>, *Urbanités <http://www.revue-urbanites.fr>* a décidé de s’intéresser à la ville portuaire.

Des infrastructures portuaires à la ville portuaire ; des porte-conteneurs aux musées ; des échanges aux trafics ; des marins aux touristes. La ville portuaire offre une diversité géographique, historique, sociologique, culturelle et politique que nous souhaitons aborder dans le quatrième numéro d’Urbanités.
Pour ce quatrième numéro, nous attendons vos contributions pour le *1er juin 2014. * Une fois de plus, la revue est ouverte à tous types de suggestions : articles, entretiens, portraits de villes ou d’acteurs, portfolios, vidéos sont les bienvenus.

Vous trouverez en pièce jointe l’appel à contribution dans son intégralité, également disponible en ligne. Urbanités – Appel #4 – Repenser la ville portuaire

*Urbanités <http://www.revue-urbanites.fr>* vous remercie, et espère pouvoir vous lire bientôt.

Pages :«1...44454647484950...296»

Newsletter